Dans une formation sur la gestion du temps et des priorités, si il y a bien un point qui est évoqué, c’est la procrastination… Car il y a toujours dans les stagiaires, un volontaire pour apprendre comment lutter contre la procrastination.

La procrastination, ce mal des temps modernes

La procrastination ou l’art de tout remettre au lendemain est un mal dont beaucoup souffrent aujourd’hui, parfois même, sans le savoir. Qui n’a pas encore attendu le dernier moment pour régler certaines choses importantes ? Qui n’a pas encore rechigné à exécuter des tâches quotidiennes en sachant pertinemment que tôt ou tard il faudra bien les faire ? Tout cela, c’est de la procrastination, mais nous les prenons à tort pour une simple fainéantise. Si le phénomène a toujours existé, il a pris de l’ampleur ces dernières années.
Voici quelques points qui peuvent expliquer ce développement accru.

Recherche d’efficacité et procrastination, la rencontre des contraires

La vie actuelle est une perpétuelle course où chacun souhaite se montrer efficace dans tout ce qu’il entreprend. Cette course est d’autant plus rude que la route est pavée de priorités, à tel point qu’il est parfois difficile de déterminer parmi les tâches à accomplir, lesquelles sont les plus importantes, d’où la tendance systématique de tout remettre au lendemain.

Mais à force de toujours reporter l’échéance, il arrive que la tâche ne soit pas terminée à temps. Ce n’est pas de la paresse, encore moins un oubli, c’est de la procrastination.

La distraction, la principale cause de la procrastination

Le procrastinateur est conscient de sa faiblesse, mais continue toutefois sur sa lancée. Pourquoi ? Pour la simple raison que le monde qui l’entoure est vraiment divertissant. Les réseaux sociaux, internet, les jeux vidéo et autres avancés de la technologie sont là pour le distraire. Malgré toute la bonne volonté du monde, il est parfois difficile de résister à la tentation. La procrastination serait donc due au manque de self-control et d’autorégulation, plutôt qu’à la volonté de reporter certaines choses. En d’autres termes, la personne qui souffre de procrastination a la volonté d’agir, mais n’arrive pas à se concentrer sur la tâche qu’il doit accomplir en raison des multiples distractions qui l’entourent.

La peur et la procrastination, deux grandes alliées

Dans le monde actuel, le stress est devenu le pain quotidien du commun des mortels. L’angoisse est quasi permanente que le simple fait de penser devoir effectuer quelque chose qui puisse amener un quelconque changement répugne plus d’un. D’où la prépondérance de la procrastination. Par peur d’affronter le changement, de subir un échec, beaucoup diffèrent autant que possible le moment de faire une tâche, même s’ils savent d’avance qu’elle est inéluctable. Du coup, la fameuse expression que l’on connaissait jadis ne prend plus sens et devient « Pourquoi faire aujourd’hui ce qu’on peut remettre au lendemain ? »…

Si vous souffrez de procrastination aiguë et que vous souhaitez apprendre comment lutter contre la procrastination; j’ai une bonne nouvelle : avec une meilleure gestion du temps et des priorités, il est possible d’y remédier.

cathsol-procrastination-1

Vous en doutez ? Contactez-moi, je vous donne la solution !